Masque en tissu : efficace contre les variantes selon l'OMS !

La polémique autour de l’efficacité du masque en tissu dans la lutte contre le coronavirus est toujours d’actualité. Souvent jugé peu efficace par certains, l'OMS par la voix de sa responsable chargée de la riposte contre la pandémie M. Kherkhove vient pourtant de lever l’imbroglio. Le masque en tissu peut bel et bien être employé, même en ces temps de résurgence de la maladie avec l'apparition des nouveaux variants du Sars-CoV-2. Qu'est-ce qui peut bien justifier cette prise de position ?

L’importance des masques en tissu pour se protéger

Le coronavirus a subi en de nombreux points du globe, de nombreuses mutations à l’origine des nouveaux variants jugés plus facilement transmissibles. Dans un tel contexte, les mesures barrières doivent être renforcées. On insiste toujours sur la nécessité de se laver régulièrement les mains, de tousser dans le creux du coude ou dans un mouchoir, de respecter une distanciation sociale d'un mètre au moins, d’éviter les regroupements, sans oublier de porter des masques protecteurs.

Quels sont les types de masque considérés comme ”protecteurs” ?

Pour bon nombre de personnes, il ne s'agit que du masque en papier couramment appelé masque chirurgical et des masques de type FFP. Le masque en tissu ne serait donc pas à leur avis très recommandable, mais ils ont tout faux ! Plusieurs instances de valeur telles que l'OMS et la haute autorité de santé considèrent bel et bien le masque en tissu comme efficace contre le coronavirus et ses variantes. Fabriqué suivant les normes, il offre une protection maximale à son utilisateur.

Il existe une catégorie intermédiaire qui adhère à l’idée de l’adopter, mais seulement en famille et dans des endroits qui ne présentent pas un grand risque de contagion. Mais ce serait également sous-exploiter une ressource qui autant d’avantages que le masque en papier jetable, pour ne pas dire plus !

Kherkhove dans sa déclaration, a indiqué qu’il était possible de porter un masque en tissu au cours des grands rassemblements afin de se protéger du coronavirus. Il ne s'agit pas là d’une erreur, car ce type de masque lavable, au même titre que le masque en papier et les masques FFP, offre une sécurité optimale aux utilisateurs.

Le respect des normes de fabrication

Lors des premiers instants de la pandémie, plusieurs pays ont été confrontés à une pénurie en masques de protection. La population a dû se résoudre à l'option de fabriquer des masques faits maison en suivant des tutoriels sur Internet. Ces masques présentaient la particularité d’être faits avec de la matière textile et objectivement, n’assuraient guère le niveau de protection requis pour stopper le virus.

Parallèlement, plusieurs entreprises se sont lancées dans la confection de masques de tous types pour faire face à la pénurie et beaucoup parviennent à mettre en circulation, plusieurs millions d'exemplaires. La tendance a donc changé et pour acquérir une bonne part de la clientèle, certaines boîtes commercialisant des masques à usage médical avancent l’argument selon lequel le masque en tissu ne protégerait pas efficacement son utilisateur. Mais la réalité est tout autre.

Les masques en tissu, sont-ils vraiment efficaces ?

Le ministère de la Santé a aujourd’hui admis que les masques de catégorie 1 pouvaient être utilisés pour se protéger du coronavirus et de ses variants. Cette catégorie de masques offre en effet de nombreux bénéfices comparativement au masque jetable. En plus d’être efficace, elle est beaucoup plus accessible et plus respectueuse de l'environnement. On estime à plus de 90 %, la proportion de contaminants de l'air ambiant filtrée par le masque en tissu.

Par comparaison au masque jetable, il paraît nettement meilleur. Ainsi, l’utilisateur d'un masque chirurgical peut même être jugé relativement moins protégé qu'un porteur de masque en tissu de catégorie 1. Mieux, ce type de masque est fabriqué suivant les normes européennes imposées et est certifié par l'AFNOR. On peut donc reconnaître que de tous les types de masques aujourd’hui autorisés, le masque en tissu est une alternative économique, écologique et surtout de qualité.

Des avantages sur les plans économique et écologique

Outre sa qualité, le masque en tissu présente aussi l'avantage d’être très économique et écologique. Une petite démonstration pour vous en convaincre. Un masque lavable coûte en moyenne 5 euros. S’il faut estimer ce coût par utilisation, il serait de 25 centimes environ. Par contre, le masque jetable coûte en moyenne 60 centimes. Les masques de type FFP étant encore plus coûteux, le masque lavable est le plus économique de tous, sans être moins qualitatif pour autant.

Quant à l’aspect écologique, le masque en tissu constitue de tous, celui qui respecte le mieux l'environnement. Lorsque l’on jette un masque chirurgical dans la nature, c’est un produit identique aux matières plastiques qui signifie une importante charge que doit supporter l'environnement. Ce dernier est non seulement non recyclable jusqu’à présent, mais également non biodégradable.

Or, un masque en tissu utilise généralement du coton comme matière première. Il s’agit donc d’un produit biodégradable et bien plus écologique. Il ressort de tout ceci que le masque en tissu est bel et bien indiqué contre le coronavirus Sars-CoV-2 et ses nouveaux variants. Il faudrait toutefois toujours s’assurer d’acheter un produit de catégorie 1, doté d'une excellente capacité de filtration et de respirabilité.

Our masks made in France